NEWS

100 MIGLIA MONVISO

Terres Monviso.
Le défi gagné !

« Merci beaucoup. Pour l’accueil dans chaque restaurant et point de rendez-vous. Pour votre patience. Pour la passion que chacune des équipes y a mis. Belle organisation… A l’année prochaine »

« Merci d’avoir organisé cette belle course, merci à toutes les personnes qui ont fait de leur mieux sur le parcours, un merci spécial aux personnes qui ont organisé ce rafraîchissement spécial dans le petit hameau de S.Anna di Bellino avec des acclamations enthousiastes, des cloches, etc. ..etc… »

ce sont des choses qui n’ont pas de prix !

Ce ne sont là que deux des nombreux messages reçus par l’organisation dans les heures qui suivent immédiatement le week-end sportif qui vient de se terminer. Ils témoignent de l’énergie et de la passion d’un territoire, l’une de ses plus belles cartes postales : c’est les 100 MIGLIA DEL MONVISO.

De la course à pied, tout un week-end de promotion touristique par le sport, restera la beauté des parcours, les caractéristiques techniques, le professionnalisme des 4 Associations de Course à pied impliquées, les numéros de la course et les temps records ou « ventre du groupe  » noté par les juges. ,

mais surtout les noms des villages, des buvettes, des refuges, des volontaires, des corps capables de s’unir, au-delà de toute couleur et orientation politique, resteront gravés pour raconter et promouvoir territoire, sport, secteur de production.

L’effort était grand, mais le résultat le dépasse. C’est l’esprit des communautés du MONVISO TERRES, un projet qui depuis des années a laissé l’individu au second plan pour raconter l’ensemble, ou plutôt, qui promeut le « meilleur » de chacun afin de décrire la beauté de l’ensemble.

Les Terre del Monviso sont 6 vallées alpines et une plaine qui les borde. Nos athlètes du Piémont, de la Lombardie, des Abruzzes, de la Ligurie, de la Vénétie ou de l’Argentine auront tout cela en tête : la fête au Refuge, le village illuminé dans la nuit, les lumières, semblables à d’anciens feux de joie, qui indiquent la prochaine étape.

La course elle-même était un mélange d’esprit de compétition, d’aventure et même de transcendance qui a laissé des souvenirs indélébiles dans l’esprit des 157 protagonistes (178 engagés) : l’exploit de Paolo Bert et la superbe 5e position absolue du champion espagnol Trigueros Garrote sont certainement les données techniques les plus pertinentes dans l’épreuve reine du week-end sportif Terres Monviso.

Le parcours de 160,934 km, pour rester fidèle aux 100 milles, avec départ et arrivée sur la Piazza Cavour à Saluzzo, s’est caractérisé par la partie initiale la plus rapide (environ 70 km) et a ensuite assumé des caractéristiques techniques plus accentuées avec la montée à une altitude de 2700 mètres . Le dernier tronçon est revenu sur des pentes plus douces mais a mis à rude épreuve l’endurance des protagonistes de la course.

Paolo Bert, prend la tête dès le départ et conserve la première position au-delà du 70e km ; les hautes montagnes, qui sont généralement ses amis, le mettent en difficulté et il est obligé de prendre des pauses. On retrouve sur lui Fabio Di Giacomo, un solide athlète de Varèse qui se spécialise dans le modèle d’efforts très longs Tor des Géants qui prend la tête et accumule jusqu’à 40 minutes d’avance. Au col de San Chiaffredo se matérialise le « réveil » du champion qui, dans la descente jusqu’à Casteldelfino, récupère 20 minutes pour raccrocher la bande de roulement à Colle del Prete à environ 30 km de l’arrivée. Dans la dernière ligne droite émerge la résistance du champion de Valle Infernotto, qui termine seul en 23.46.47 ». L’athlète de Varese Fabio di Giacomo (Runners Valbossa Eolo Kratos Team) détient fermement la deuxième position en clôturant en 24.35.41.

Piero Bello (Pod. Valle Varaita 25.55.28 « ), Roberto Campi (Pam Mondovì 26.41.26 ») et Massimo Vanzetti (Atl. Racconigi 26.52.22 « ) complètent le  » top cinq « .

A noter l’exploit très attendu de Silvia Trigueros Garrote (Team Land Scarpa), déjà vainqueur de deux éditions du Tor des Géants. L’athlète basque a obtenu la première position de la course féminine (26.46.54″) après une course toujours menée en tête mais, surtout, avec sa 5e place au général, elle a démontré à quel point la catégorie féminine s’aligne désormais avec le meilleur masculin. performance! Le « top cinq » féminin comprend la deuxième position d’Angrognina Daniela Bonnet (33.31.56 « ) et suivie par Isabella Vidili (Atl. Valpellice 35.51.37 »), Maddalena Lanzilotti (Pod. Turin 37.56.58 « ) et Michela Ruzza ( Interforze Torino 37.56.59 « ).

Le Monviso Trail Tour avait pour nouveau lieu la ville de Pontechianale, dans la haute vallée de Varaita. La piste mesurait environ 41 km de long et était dotée de 2600 mètres de dénivelé positif évidemment en présence du Monviso. Bernard Dematteis (Sportifications) était le protagoniste absolu terminant les bras vers le ciel en 4.18.59 ».

L’incontournable jumeau Martin, qui a partagé l’effort en binôme sur l’ensemble du parcours pour terminer à seulement 6 secondes du vainqueur, l’a soutenu dans l’entreprise. La splendide performance de Marco Bergo (Pod. Valle Infernotto) lui a valu une prestigieuse troisième position à moins de 5 minutes de la paire de champions phénoménaux de la vallée de Varaita.

La domination d’Elisa Desco (Alta Valltellina – Scarpa – 5.04.47 « ) a caractérisé la race féminine. L’athlète local (Paesana) résidant à Bormio a confirmé ses immenses qualités athlétiques chez lui pour la première fois après avoir remporté des victoires prestigieuses dans les domaines national et international.

Pour compléter le podium Marina Cugnetto (Atl. Saluzzo 5.17.48″) et Laura Barale (Team Ultrataaac 5.50.32″).

Le test pour les amateurs d’efforts courts mais intenses a eu lieu à Crissolo : la Monviso Vertical Race.

Excellente qualité dans la catégorie mâle et femelle. Chez les femmes, la multiple championne du monde de Mountain Running Lucy Wanbui Murigi (46’05 »), athlète kenyane de l’Atletica Saluzzo, s’est imposée. La spécialiste du ski-alpinisme Ilaria Veronese (Giò 22 Rivera – Team Scarpa 47’24 ») est montée sur la deuxième marche du podium. Pour fermer le podium olympique, Elisabetta Piacenza (Atl. Cafasse) est montée jusqu’à la ligne d’arrivée à Ghincia Pastur en 52’19 ».

La compétition masculine était centrée sur la performance de trois spécialistes de l’escalade extrême. Le « national » Andrea Rostan (Atl. Saluzzo) s’est imposé avec un temps stratosphérique de 36’20 ». Gianluca Ghiano (Tornado Team Brooks), le plus jeune des trois, a atteint 40’07 » tandis que le plus expérimenté Davide Preve (Roata Chiusani 41’45 ») a décroché une prestigieuse troisième place.

500 protagonistes au total de l’aventure Saluzzo. Il y aura de l’espace et du temps pour grandir pour un événement destiné à devenir la proposition piémontaise pour les amateurs de longues distances. Monviso attend les prochaines éditions.

Voici maintenant les classements et les remerciements à tous ceux qui ont rendu l’événement possible.

CLASSEMENTS

100 Miglia Monviso – Homme

  1. Bert Paolo (Pod. Valle Infernotto)
  2. Di Giacomo Fabio (Runners Valbossa-Azzate)
  3. Bello Piero (Podistica Valle Varaita)
  4. Camperi Roberto (Pam Mondovì-Chiusa Pesio)
  5. Vanzetti Massimo (Atletica Racconigi)
  6. Locatelli Ernesto (GS Orobie) e Guerini Luca (Bione Trailers Team)
  7. Maurino Luca (Runcard)
  8. Migliore Alessandro (Ccr Sport Alpini Trofarello)
  9. Palin Luca (Pod Valle Infernotto)
  10. Gonella Davide (Pod Valle Varaita)

100 Miglia Monviso – Femelle

  1. Trigueros Garrote Silvia Ainhoa (Team Land – Scarpa)
  2. Bonnet Daniela (Sport Club Angrogna)
  3. Vidili Isabella (Asd Baudenasca)
  4. Lanzilotti Maddalena (Podistica Torino)
  5. Ruzza Michela (Interforze Torino)

Tour Monviso Trail – Homme

  1. Dematteis Bernard (Sportification)
  2. Dematteis Martin (Sportification)
  3. Bergo Marco (Pod Valle Infernotto)
  4. Macellaro Alessandro (Pod Torino)
  5. Pigoni Matteo (Team Mud & Sport)
  6. Dola Michael (Team Scarpa)
  7. Calandri Daniele (Inrun)
  8. Chiri Alex (Sport Club Angrogna)
  9. Casatori Lorenzo (Le Panche Castelquarto)
  10. Bongioanni Fabrizio (Team Marguareis)

Tour Monviso Trail – Femelle

  1. Desco Elisa (Atl Alta Valtellina – Scarpa)
  2. Cugnetto Marina (Atletica Saluzzo – Montagna Exprit)
  3. Barale Laura (Ultra Taaaac Team)
  4. Dalmasso Monica (Pod Valvermenagna Buzzi)
  5. Canino Raffaella (Runcard)
  6. Piasentin Simona (Runcard)
  7. Frittoli Marta (Alzaia Naviglio Runners)
  8. Occhiena Silvia (Rensen Sport Team)
  9. Lazar Loredana (Vigonechecorre)
  10. Ferrarini Lucia (Marathon Verbania)

Monviso Vertical Race – Homme

  1. Rostan Andrea (Atletica Saluzzo – La Sportiva)
  2. Ghiano Gianluca (Tornado – Team Brooks)
  3. Preve Davide (Atletica Roata Chiusani)
  4. Girodo Simone (Point Saint Martin)
  5. Civallero Lorenzo (Atletica Saluzzo)
  6. Borra Ismael (Atl Fossano ‘75)
  7. Bouchard Nicholas (Atletica Saluzzo)
  8. Vota Stefano (Atl Susa Adriano Aschieris)
  9. Beitone Luca Paul (Pod Valle Varaita)
  10. Veronese Luciano (Atletica Gio’ 22 Rivera)

Monviso Vertical Race – Femelle

  1. Murigi Lucy Wambui (Atletica Saluzzo)
  2. Veronese Ilaria (Atletica Gio’ 22 Rivera – Team Scarpa)
  3. Piacenza Elisabetta (Unione sport. Atletica Cafasse)
  4. Domard Nicole Alessandra (Atletica Saluzzo)
  5. Delpiano Serena (Pod. Valle Varaita)
  6. Moschetti Linda (Runcard)
  7. Sereno Giulia (Valtanaro)
  8. Vignani Paola (Atletica 85 Faenza)
  9. Bianco Elisa (Atl. Susa Adriano Aschieris)
  10. Sidoti Rosina (Atletica Canavesana)

Promoteurs:

Comune di Saluzzo

Parco del Monviso

Unione Montana dei comuni del Monviso

Bacino Imbrifero Montano (BIM) del Po

Unione Montana Valle Varaita

Bacino Imbrifero Montano (BIM) del Varaita

 

Sponsorisé par:

Regione Piemonte

Terres Monviso

Saluzzo Monviso 2024 (città candidata capitale italiana della cultura)

Organisé par:

Fondazione Amleto Bertoni

 

Avec la contribution de:

Atletica Saluzzo

Podistica Valle Varaita

Podistica Valle Infernotto

Atletica Sanfront

Media partner

La Stampa

Internet Partner

Isiline

 

Sponsor

Mico

Scarpa

Ferrino

Silva

Mercatò

Acqua Eva

Dynasprint e Farmacia Santa Maria

Bertolotto Porte

Concessionaria Armando Group

Biraghi

Molecola

 

 

L'ÉDITION ZÉRO ET LES PIONNIERS

L'HISTOIRE DE CARLO DEGIOVANNI

« Duilio avait le visage du grand sage, de celui qui a vécu de nombreuses aventures de ce type dans sa longue carrière de sportif résistant. Sa sagesse lui avait conseillé d’être prudent et beaucoup de perplexité pour faire partie de l’aventure mais ensuite la passion et le désir d’apporter sa contribution au besoin l’ont emporté. Lui et ses compagnons assis au bar sirotent leur dernière bière en attendant l’heure fatidique à venir. Je les ai observés et pensé à l’enthousiasme avec lequel ils avaient rejoint le projet et le courage d’être là malgré l’annonce de deux jours, avec leur nuit, météo exigeante. Des sportifs sans « nom » mais connaisseurs des efforts nécessaires à ces entreprises.

Un peu plus loin, la presse courait après les athlètes qui avaient acquis, au fil du temps et avec mérite, la renommée de Champions. D’autres athlètes m’étaient inconnus sauf dans les noms indiqués par Sensacugnisiun en nom et en fait : je ne le remercierai jamais assez de m’avoir laissé entrer dans ce monde. Un sourire inconscient qui s’échappait des confins du visage habitait le visage d’Omar entouré de quelques compagnons et surtout compagnons d’aventure d’où émergeait un bavardage joyeux, inconscient du grand effort qui rôdait. Seul Alexandre avait doté ses yeux de l’expression appropriée au rendez-vous fatiguant. Tous les acteurs institutionnels étaient réunis sous le toit de Terres Monviso qui a conçu l’entreprise et le mécène, Bio Doc, qui l’a soutenue. Et dire que pour l’organisation ça devait être simplement un chiffre zéro, une épreuve à faire tranquillement car… pourra-t-on alors le faire sérieusement ?

Discours, informations et photos de groupe pour bénir l’événement crié, fût-ce à faible volume, aux quatre vents puis le démarrage avec distanciation sociale garantie, sinon par la force publique par la force athlétique différente des protagonistes. Deux soucis habitaient mes pensées, dans l’ordre : qu’il fait chaud ! Et sera-t-il suffisamment signalé par la suite?

Je quitte le « lieu » du départ et monte à Pian Munè pour vérifier que tout fonctionne : Marta et Valter sont une « machine de guerre » et ne laissent rien au hasard. Les lumières du rafraîchissement convoité peuvent être vues depuis Bric La Piata dans la nuit imminente. Après 4 heures et 5 minutes du départ, les façades de Marco, Paolo et Franco illuminent la buvette où Andrea fait de son mieux pour accueillir les gentillesses au moins autant que les libations mises à disposition. La fatigue ne marque pas encore l’expression des pionniers qui viennent en groupes avec peu de détachement. Certains silencieux et d’autres vociférants avec une prédominance d’une fréquence de soprano. Duilio salue ses compagnons aventuriers Renzo et Giovanni : il avait eu les bonnes sensations (négatives) les jours précédents mais… chaque pas et chaque goutte de sueur est utile pour la cause et alors, pourquoi ne pas être là ? Pour les autres, l’aventure continue.

Une première alarme vient de la direction de Wedosport qui signale deux détecteurs satellites à l’écart et identifiés à Paesana ! Le danger cesse aussitôt lorsqu’il est rapporté qu’Elisa et Virginia ont communiqué au départ qu’elles ne couvriraient que quelques tronçons et à ce moment elles étaient chez Elisa pour prendre une première douche : heureusement les Trackers utilisés n’étaient pas équipés d’une caméra !

Après le passage de Roberto et Simone (7 heures et 20 minutes), étonnamment rapide également en raison de l’impossibilité d’identifier les ordures sur le chemin en raison de l’obscurité la nuit, je me dirige vers la « base de vie » d’Ostana. En attendant, j’entends qu’à Borgata Serre di Oncino un groupe non organisé ou même planifié de « Mappets » locaux célèbre les transits au son des cloches à vache, mais surtout, buvant le nectar qui génère la philosophie et éclaire les nuits. Super !!! Je pense que ce serait formidable si tous les villages alpins suivaient leur exemple !

J’arrive à Ostana bien après le passage de Marco et Paolo (ils sont passés après 6 heures et 56 minutes) et ils me disent que Franco a dû partir. Il a récemment établi un nouveau record sur le Mont Rose et les jambes des Champions ont également besoin de récupération et de repos.

Cependant, je suis à temps pour suivre les autres transits : la chaleur et l’humidité de la nuit sont vraiment oppressantes et les visages de Gianluca et Massimo lorsqu’ils atteignent la base après 8 heures et 45 minutes en témoignent clairement. Une heure s’écoule et le pas doux de Marina et Daniela franchit le seuil du « lieu ». Nicola les attend, un masseur compétent qui essaie de soulager les voyageurs avec des manœuvres judicieuses sur le dos, les fesses, les jambes et tout ce que le corps humain peut offrir. Je suis frappé de voir comment en massant les muscles il a compris qu’il y avait de la déshydratation et qu’il fallait boire…

Le sourire débordant d’Omar arrive 5 minutes plus tard mais l’expression est un peu comme ça : ça va paraître étrange mais le froid lui conseille de s’allonger et de se couvrir pour récupérer. Quelques minutes et Mirko arrive en compagnie de Gianluca l’autre. Je comprends que ce sport génère de la solidarité et crée de nouvelles amitiés. En parlant de couples : après 11 heures et 30 minutes, un cri à fréquence soprana prédominante annonce l’arrivée de Maddy et Daniele. Le masseur continue son travail pieux et José se procure d’autres lits de camp pour le bon repos des voyageurs. Silvia et les enfants Davide, Antonio, Giorgio et Alice regardent bruyamment et pensivement. Alessandro arrive seul après 11 heures et 35 minutes, précédant Renzo et Giovanni de 10 minutes. Juste un peu plus tard et après 12 heures, Roberto et Simone arrivent : malgré l’obscurité, des déchets ont été collectés et placés sur un banc. Solerte Josè voudrait organiser une élimination séparée mais Roberto l’arrête pour témoigner, à travers une photo habile, du (maigre) butin.

Les lits de camp « attirent » le groupe déterminé à reprendre des forces. Le silence tombe dans la base de vie. Je constate que le repos de Giovanni est perturbé par la couverture mal placée et, d’un geste maternel, je remonte le tout. La nuit d’août est poétique. La pleine lune illumine le sommet du roi de pierre et tout est magique… seulement que des cris avec une fréquence de soprana répandue éclatent parfois pour éveiller le calme.

L’aube est sur le point de se lever et le groupe, sans ordre particulier, reprend son voyage. Alessandro me fait remarquer, avec ses yeux et ses mots, sa difficulté à continuer. « Emmenez-moi à Saluzzo où j’ai ma voiture ». Le visage est vraiment fatigué et pas seulement. J’accepte l’invitation et charge son sac à dos dans la voiture puis… le twist. L’appel de la forêt lui conseille de continuer et, ayant récupéré son sac à dos, il repart.

Solitaire je fais face au voyage à Casteldelfino où une autre base de vie est prévue. La voiture dévie parfois pour signaler qu’un arrêt pour dormir ne serait pas déplacé pour moi aussi, cependant… les athlètes m’attendent et pour eux l’effort est plus grand que le mien.

J’arrive à destination avec une grande marge pour réfléchir à l’évolution de l’épreuve. Internet est précaire et il n’est pas possible de suivre Wedosport Live facilement. De plus, les Trackers ont du mal à signaler la position en raison des parois rocheuses qui caractérisent la partie supérieure du tour du Monviso. Ils semblent tous s’être arrêtés à Buco di Viso mais… ce n’est pas comme ça.

Après 14 heures et 35 minutes, Marco arrive. Il signale une certaine difficulté à identifier la piste à Grange Gheit et cela m’inquiète. Nous avons fourni GPX et Road Map mais… les itinéraires ne sont jamais suffisamment balisés ! La fatigue rend tout plus difficile. Il continue accompagné de deux athlètes de la Varaita Valley Running avec la tâche d’indiquer la bonne voie. Essayons de leur donner du ruban adhésif à appliquer ici et là…

Paolo arrive après 20 minutes et raconte une crise profonde dans la montée vers Buco di Viso. Il se mesure pour la première fois dans cette discipline pleine d’inconnues pour lui. La rencontre avec Marco, Monica et Pier à haute altitude lui a redonné de l’énergie et il semble reposé. Il y a un sourire dans un visage creusé par la fatigue. Il continue d’espérer que pour lui aussi il y a un ange gardien qui le guidera sur des chemins inconnus.

Alessandro a dû se rendre à Crissolo après avoir tenté l’impossible. Pendant ce temps, Omar fait part de sa retraite qui a lieu à Grange Gheit. Il arrive tristement à la base de la vie mais le sourire ne quitte pas son visage : chaleur et humidité sont des adversaires supplémentaires et pires que les 165 kilomètres et 7500 mètres de dénivelé !

C’est Massimo qui passe la base vie après 17 heures et 38 minutes : seulement pour ceux comme moi c’est une surprise, dans ce monde il se vante d’une réputation de grand athlète, résistant et rapide.

Gianluca « Sensacugnisiun » dure 19 heures et 15 minutes. C’est lui qui a constitué l’équipe de spécialistes. Un point de référence pour le secteur mais aussi pour lui c’est le moment de la sage décision de partir.

Après 20 heures et 25 minutes, le couple féminin Marina et Daniela apparaît sur les marches menant à l’arrêt. Une expérience à vendre pour les deux champions qui, ayant retrouvé leurs forces, poursuivent le bon chemin.

Les nouvelles fragmentées atteignant Casteldelfino indiquent les retraites de Renzo, Giovanni et Roberto à Buco di Viso. La chaleur jusqu’en haute altitude détermine des situations qui recommandent judicieusement l’abandon.

20 heures et 50 minutes se sont écoulées depuis le départ lorsque Mirko et Gianluca (l’autre) arrivent. Le premier souhaite bonne continuation au second et décide sagement de mettre un terme à son épreuve. La conscience, ainsi que la force et l’endurance sont les outils indispensables du métier.

Je passe mon temps à discuter amicalement avec Alberto, nul autre que le maire de Casteldelfino, et Omar ressuscité et ensemble nous planifions l’avenir de l’Uisp national et de toute la vallée de Varaita… pendant ce temps, trois « femmes pieuses », Claudia, Gabriella et Michela, implorent des nouvelles de leurs amours encore dispersés dans les montagnes entre Vallanta et Grange Gheit : il n’y a plus qu’à patienter !

J’ai sommeil et même le chrono n’a plus de piles. Je tente une sieste mais un cri à fréquence de soprana prédominante annonce l’arrivée d’une paire d’athlètes, ou plutôt d’un seul athlète puisque Daniele a mis fin à ses souffrances au Refuge de Vallanta. Comment parlera-t-elle même si elle est seule ? Elle arrive, vive comme Maddy n’avait jamais couru et est bien décidée à continuer l’aventure. Il me parle du Maremmano qui à Bagnur raffolait de ses fesses… du beau palais de la bête ! Je la regarde et il m’est difficile de lui dire que pour des raisons de sécurité nous ne l’aurions pas laissé continuer, surtout dans la solitude, pendant encore 15/16 heures de marche. Tu comprends, Maddy et ça me console. Sa voix à la fréquence prédominante de soprana me tiendra compagnie jusqu’à l’arrivée de Simone, lui aussi peut continuer mais arrêté par mon invitation et le regard suppliant de Roberta, la mère. Roberto, le père, après s’être rétabli, aurait aimé l’accompagner dans la (long) partie finale mais… de « Sensacugnisiun » nous en avons déjà un. Assez et, « fuck beaucoup », avancez !

Il est temps, pour moi aussi, de rentrer non sans lire les messages du groupe suivant l’évolution de la situation : sur la route je trouve, via Daniele, la retraite de Daniela et Marina à Colle del Prete, l’arrivée solitaire de Marco à Saluzzo après 23 heures et 30 minutes. Paolo goûte lui aussi la saveur de son succès personnel après 25 heures et 40 minutes. Massimo a habilement géré ses qualités incontestables, sanctionnées par la troisième position, alors que 28 heures et 54 minutes s’étaient écoulées depuis son départ à 17h15 la veille.

Seulement de Forrest Gump Gianluca (l’autre) je n’avais aucune nouvelle. Je connaissais son errance autour du Colle del Prete, sa rencontre avec la pluie rafraîchissante mais aussi son obstination à vouloir arriver. Giorgio et Gianfranco ont été ses anges gardiens dans les derniers kilomètres : il l’a attendu, soutenu et accompagné jusqu’à ce qu’au bout de 34 heures et 40 minutes la capitale du marquisat l’accueille dans ses bras. Ceci, cependant, je l’ai découvert le lendemain matin : le sommeil m’a conquis !

 

 

Personnages et interprètes de l’histoire (par ordre d’apparition)

Acteurs principaux : Duilio Chiri, Sensacugnisiun Gianluca Barbero, Omar Riccardi, Alessandro Nibbio, Marco De Gasperi, Paolo Bert, Franco Collè, Renzo Paschetto, Giovanni Poetto, Elisa Desco, Virginia Turini, Roberto Cavallo, Simone Cavallo, Massimo Vanzetti, Marina Plavan, Daniela Bonnet, Rossetti Mirko, Forrest Gump Gianluca (l’autre) Bertolotti, Maddy Maddalena Lanzilotti et Daniele Giacalone.

Épaules et figurants : Marta Nicolino, Valter Bossa, Andrea Pilone, Nicola Bellini, José Berdugo, Silvia Rovere, les petits Davide, Antonio, Giorgio et Alice, Alberto Anello, Claudia Provenza, Gabriella Guglielmi, Michela Ruzza, Daniele Catalin, Giorgio Pelissero et Gianfranco Marengo.

Réalisé par Alberto Dellacroce